Fujifilm takes on the
challenge of making
regenerative
medicine a reality

In the world today, there are still many diseases for which there are no effective treatments, and millions wait in hope of their discovery. One radical approach to this problem that is attracting widespread interest is regenerative medicine, in which human cells are grown artificially and used to regenerate the patient’s diseased or damaged tissues or organs and restore their function. Aiming to lead the way in regenerative medicine, Fujifilm is working to make these extremely promising treatments a reality. This is the story of how Fujifilm is taking on major challenges in regenerative medicine and achieving success in the field.

A total healthcare company’s sense of responsibility to apply its technology

At first glance, Fujifilm may seem an unlikely candidate to become a leader in regenerative medicine, yet its engagement in the healthcare industry goes back many decades. Founded in 1934, Fujifilm was already offering X-ray film by 1936. In 1983, Fujifilm began sales of Fuji Computed Radiography (FCR), becoming the first in the world to offer a digital X-ray diagnostic imaging system. Through these and many other products, Fujifilm has long contributed to the evolution of diagnostic medicine. In addition, in recent years Fujifilm has contributed to preventive medicine with supplements as well as anti-aging skin care cosmetics, and to medical treatment with pharmaceuticals. In this way, Fujifilm has transformed itself into a company covering prevention, diagnosis, and treatment. As a comprehensive healthcare company, Fujifilm therefore saw the revolutionary treatments that regenerative medicine could offer as a key part of its mission.

Another important factor in Fujifilm’s decision to enter this field was the company’s extensive portfolio of technologies, many of which seemed applicable to regenerative medicine. One example is photographic film, which was Fujifilm’s core product at the time of its foundation and for many years thereafter. Film is a precision chemical product that integrates color-producing reagents and nearly 100 different chemical compounds in total in an ultra-thin layer just 20 micrometers thick. To produce photographic film requires technologies that control many different chemical reactions on a microscopic scale. By coincidence, 20 micrometers is about the diameter of a single liver cell. Fujifilm’s technologies for controlling microenvironments appeared to have extraordinary potential in the world of regenerative medicine.

Fujifilm also possessed a wealth of knowledge about collagen, a protein that is one of the main components of photographic film. In regenerative medicine, collagen plays a critical role in growing cells and restoring tissues. To fulfill demand for the highest quality photographic film possible, Fujifilm had refined a wide range of collagen-based technologies, including methods for processing and controlling the protein, which is extremely sensitive to such environmental parameters such as moisture and temperature. Fujifilm saw a clear opportunity to leverage its collagen technologies in this exciting new field.

One innovation leads to another

If regenerative medicine can progress to the point where it is possible to regenerate entire organs, then there is no question it will bring epoch-making changes to medicine and society. Nevertheless, many technological barriers stand in the way, and such medical marvels are currently seen as lying a decade in the future or more.

Even now, however, Fujifilm believes that it can realize an innovation that will be as important as regenerative medicine itself: using iPSCs (induced pluripotent stem cells) to support drug development. In 2012, Professor Shinya Yamanaka of Kyoto University and British developmental biologist John Gurdon were awarded the Nobel Prize for Physiology or Medicine, drawing global attention to these amazing cells, which Professor Yamanaka had pioneered in his lab.

Able to transform into the cells of any organ or tissue in the body, iPSCs can also grow and increase virtually without limit. Cellular Dynamics International, Inc., which joined the Fujifilm Group in May 2015, is leveraging world-leading iPSC development and production technologies to create an iPSC bank that comprises iPSCs for use in researching various diseases and conditions. Going forward, pharmaceutical companies may be able to use these cells to test the safety and efficacy of new drugs, greatly reducing the need for human clinical trials. IPSCs thus have the potential to revolutionize the drug development process, massively increasing its speed and efficiency. Moreover, drug development supported by iPSCs may in turn lead to progress in regenerative medicine. The incentive to create iPSCs as close as possible to human cells in structure and function in order to effectively develop new drugs can also have the effect of refining them for use in regenerating human organs.

Taking the lead in regenerative medicine

Cultured Epidermis

Supporting drug development via iPSCs may synergistically serve to advance regenerative medicine. Fujifilm is adjusting its stance with a view to success in both fields and has already achieved significant results in each.

Leveraging the collagen technologies it originally developed for photographic film, Fujifilm has developed a recombinant peptide (RCP), an artificial protein that acts as an effective scaffold on which to grow cells. To facilitate the use of this RCP in research, Fujifilm offers it as the product cellnest in both solution and lyophilized powder form.

In 2014, Japan Tissue Engineering Co., Ltd. became a consolidated Fujifilm Group subsidiary. This company is a pioneer that launched the first two regenerative medicine products to receive approval from the Japanese government. Japan Tissue Engineering currently offers two main products: autologous cultured epidermis JACE® and autologous cultured cartilage JACC®. The company also handles cell culturing work under commission from other companies and institutions. Cellular Dynamics International has also joined the Fujifilm Group and is contributing its extensive knowledge of iPSCs, which are the key to regenerative medicine. The decision to bring these highly innovative companies into the Group further emphasizes Fujfilm’s dedication to achieving leadership in the field of regenerative medicine.

The regenerative medicine market is expected to grow to some USD 120 billion by the 2030s. Yet for Fujifilm, regenerative medicine is much more than an attractive business opportunity. The real significance of engagement in this market lies in curing currently intractable diseases and bringing new hope to sufferers and their loved ones. Aiming to be recognized worldwide as a leader in regenerative medicine, Fujifilm will continue to move forward with this extremely important challenge.

Related contents:

You might also like:

Fujifilm fait de la
médecine régénérative
une réalité

De nos jours, de nombreuses maladies ne peuvent être soignées et des millions de patients dans le monde attendent avec anxiété un traitement efficace. Face à ce constat, la médecine régénérative est une solution drastique qui suscite de plus en plus l'intérêt de la communauté. Cette solution repose sur la culture artificielle de cellules humaines destinées à remplacer les tissus et organes malades ou endommagés afin de rétablir leur bon fonctionnement. Fujifilm a pour ambition de montrer la voie en matière de médecine régénérative, et met actuellement tout en oeuvre pour donner vie à ces traitements porteurs d'espoir. Découvrez les moyens mis en œuvre par Fujifilm pour réussir dans l'aventure de la médecine régénérative.

Une entreprise de santé globale appliquant cette technologie de façon responsable

À première vue, Fujifilm semble le candidat le plus improbable pour encourager le développement de la médecine régénérative. Cependant son engagement dans le secteur de la santé remonte à plusieurs décennies. Fondée en 1934, la société Fujifilm proposait des pellicules radiographiques dès 1936. En 1983, Fujifilm a lancé la commercialisation de la radiographie numérisée Fuji (FCR), devenant ainsi la première entreprise au monde à offrir un système d’imagerie diagnostique numérique à rayons X. Grâce à ces produits et à de nombreuses autres solutions, Fujifilm a considérablement contribué aux progrès de la médecine diagnostique. Fujifilm a également récemment apporté son apport à la médecine préventive sous la forme de compléments comme les cosmétiques anti-âge et de soins médicaux par l'introduction de nouveaux médicaments. Fujifilm est ainsi devenue une entreprise référente en matière de prévention, de diagnostic et de traitement. Entreprise dédiée à tous les soins de santé, Fujifilm a vu dans la médecine régénérative un potentiel de traitement révolutionnaire.

La vaste gamme de technologies développées par Fujifilm et potentiellement adaptées à la médecine régénérative a incité la société à s'intéresser à ce secteur. Citons notamment la pellicule photographique, l'un des produits phares de Fujifilm à sa création et pendant de nombreuses années. La pellicule est un produit chimique de haute précision qui intègre des réactifs générateurs de couleurs et près de 100 composés chimiques différents, soigneusement réunis dans une couche ultra-mince d'à peine 20 micromètres d’épaisseur. La fabrication de la pellicule photographique s'appuie sur des technologies impliquant diverses réactions chimiques à une échelle microscopique. Il s'avère que 20 micromètres est l'équivalent du diamètre d'une cellule de foie. Les technologies de Fujifilm dédiées à la maîtrise des micro-environnements recèlent un extraordinaire potentiel dans le domaine de la médecine régénérative.

Fujifilm possède également une mine de savoir-faire en matière de collagène, la protéine qui constitue l'un des principaux composants de la pellicule photographique. En médecine régénérative, le collagène joue un rôle majeur dans la culture des cellules et la restauration des tissus. Pour réponde à la demande en pellicule photographique de grande qualité, Fujifilm a développé une grande diversité de technologies à base de collagène. Cela inclut les méthodes de traitement et de contrôle de la protéine, laquelle est extrêmement sensible aux facteurs ambiants comme l’humidité et la température. Fujifilm a vu l'opportunité d'appliquer ses technologies à base de collagène dans ce secteur d'avenir prometteur.

Une innovation en entraîne une autre

Si les progrès en médecine régénérative peuvent permettre de régénérer un organe entier, cela se traduira sans conteste par des changements en profondeur dans le domaine de la médecine et au sein de notre société. Néanmoins, de nombreuses barrières technologiques se dressent sur le chemin et ces merveilles médicales sont actuellement considérées comme en avance d'une décennie.

Mais même aujourd'hui, Fujifilm pense pouvoir mettre au point une innovation qui sera aussi importante que la médecine régénérative : l'utilisation des CSPi (cellules souches pluripotentes induites) pour la conception de nouveaux médicaments. En 2012, le Professeur Shinya Yamanaka de l'Université de Kyoto et le Britannique John Gurdon, biologiste du développement, ont reçu le Prix Nobel de Médecine. Ils ont ainsi attiré l'attention du monde entier sur ces cellules miraculeuses que le Professeur Yamanaka a mis au point dans son laboratoire.

Capables de se transformer en cellules de n'importe quel organe ou tissu du corps, les CSPi peuvent se développer et se multiplier presque à l'infini. La société Cellular Dynamics International, Inc., qui est entrée dans le groupe Fujifilm en mai 2015, exploite des technologies de développement et de production de CSPi leaders afin de créer une banque de cellules souches pluripotentes induites qui pourront être utilisées dans la recherche sur diverses maladies. On peut imaginer que les laboratoires pharmaceutiques puissent utiliser à l'avenir ces cellules pour tester l'innocuité et l'efficacité des nouveaux médicaments, ce qui réduirait considérablement le nombre d'essais cliniques humains. Les cellules souches pluripotentes induites sont à même de révolutionner le processus de développement d'un médicament, en améliorant nettement sa vitesse et son efficacité. Par ailleurs, la mise au point de médicaments à l'aide de CSPi fera peut-être progresser la médecine régénérative. Créer des CSPi les plus proches possibles des cellules humaines dans leur structure et leur fonctionnement afin de développer efficacement de nouveaux médicaments peut permettre de les appliquer à la régénération d'organes humains.

Etre à l'avant-garde de la médecine régénérative

Épiderme de culture

Le médecine régénérative peut bénéficier des synergies issues du développement de médicaments à base de CSPi. Fujifilm ajuste sa position dans le but de réussir dans ces deux secteurs et a déjà obtenu des résultats très encourageants.

En exploitant les technologies du collagène initialement développées pour la pellicule photographique, Fujifilm a mis au point un peptide recombinant (RCP), une protéine artificielle qui sert de charpente solide sur laquelle cultiver des cellules. Pour faciliter l'utilisation de ce RCP dans la recherche, Fujifilm le propose sous forme de solution et de poudre lyophilisée.

En 2014, la société Japan Tissue Engineering Co., Ltd. est devenue une filiale consolidée du groupe Fujifilm. Cette entreprise pionnière a lancé deux produits de médecine régénérative, les premiers à recevoir l'homologation du gouvernement japonais. Japan Tissue Engineering propose actuellement deux produits principaux : l'épiderme de culture autologue JACE® et le cartilage de culture autologue JACC®. La société gère également la culture des cellules sur commande d'autres entreprises et institutions. Cellular Dynamics International a également rejoint le groupe Fujifilm et apporte ses vastes connaissances sur les CSPi qui sont au coeur de la médecine régénérative. L'intégration de ces entreprises hautement innovantes dans le groupe souligne la volonté de Fujfilm d'acquérir une place de leader en matière de médecine régénérative.

Le marché de la médecine régénérative devrait atteindre USD 120 milliards d'ici 2030. Mais, pour Fujifilm, la médecine régénérative représente bien plus qu'une opportunité commerciale attractive. Ses vraies motivations consistent à pouvoir soigner les maladies actuellement incurables et à faire renaître l'espoir chez les malades et leurs proches. Fujifilm continue d'avancer vers cet objectif majeur : être reconnu dans le monde entier comme le leader de la médecine régénérative.

Contenu associé :

Vous aimerez aussi :